:: EMPIRE NOIR  :: Irianeth :: Plage de l'Empire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Soirée en amoureux [privé]

avatar
Silicianne
Admin ▪ Impératrice Noire
♦ Inscription : 21/11/2017
♦ Missives échangées : 35
Localisation : Au château noir pour le moment, mais bientôt, son empire s'étendra sur celui des humains
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Mai - 3:36
    Le ciel changeait peu à peu de couleurs. Il se dégradait du bleu jusqu'à l'orange en passant par le violet et le jaune. Le soleil se couchait tranquillement à l’horizon. Les nuages, qui était il y a quelques instants d'un blanc immaculés sont maintenant roses. Les ombres disparaissaient peu à peu. La température chutait tranquillement et le ciel finirait par s’obscurcir.

    C'était un beau spectacle qui s'offrait à ses yeux. Ces mêmes yeux qu'on ne voulait pas qu'il change de couleurs. Puis, le soleil s’est couché, il ne fait plus jour. La lune montrait le bout de son nez à des milliers de kilomètres de distance. Les étoiles, ces petites boules de gaz, apparaissaient les unes après les autres. Plus le temps avançait, plus il y avait d'étoiles et plus le temps s'assombrissait.

    L'Impératrice avait donné congé a son garde car elle voulait être seule. La nuit commençait à avancé et les étoiles brillaient maintenant de milles feux dans le ciel. Le clair de lune était bien présent dans le ciel pour avoir une assez bonne visibilité. Comme ses enfants étaient maintenant couchés, elle en avait profité pour filer prendre l'air sur la plage de l'Empire. Son mari était sans doute occupé à réglé certaines choses et comme elle n'était pas obliger d'être là, elle en profita. Être Impératrice n'était pas de tout repos, la sorcière le savait. Car oui, avant d'être à la tête de l'empire noir, Silicianne était une sorcière. La douce brise, qui était aussi fraîche, levait les pans de sa robes, faisant ainsi valser au gré du vent. La nuit était magnifique.

    Puis soudainement, ses pouvoirs l'avertir qu'une présence approchait. Pas besoin de se concentré pour savoir de qui il s'agissait car depuis ses années de mariage avec son mari, elle reconnaissait son énergie peut importe où il serait. Son mari approchait. Un sourire apparut sur ses lèvres. Pas parce qu'elle a l'air sadique et que ses yeux changeait de couleurs quand elle était en colère qu'elle ne pouvait pas regarder sa famille avec amour. Elle se retourna vers la silhouette, sa robe laissant peut de place a l'imagination. Elle s'approcha de son mari et l'embrassa tendrement sur les lèvres : « Bonjour bel étranger »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ciar Lonan
Empereur Noir
♦ Inscription : 15/05/2018
♦ Missives échangées : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Mai - 4:05
Ses journées ne finissaient jamais. Mais il était l’Empereur. S’il décidait qu’il en avait assez, alors le monde s’arrêtait.

Du moins, c’est ce qu’il aurait aimé croire, parfois… Et il était sûr que certaines personnes de son entourage, en particulier des plus jeunes, auraient tant aimé que ça soit vrai. Malheureusement, ce n’était pas comme ça que la vie allait. Et ce n’était certainement pas comme cela qu’un Empire vivait.

De toute façon, il y avait une limite à la productivité. Même si l’Empereur avait des nuits courtes, pour ne pas ainsi dire qu’il était plus productif la nuit, il y avait eu tant à faire cette journée qu’il voulait tout simplement décrocher. À la nuit tombée, il n’y avait plus que les fous qui s’acharnaient; même ses meilleurs hommes savaient se reposer. À cette heure-ci, il ne devait qu’il y avoir que ces lunatiques à l’âme « poétique » qui se lamentaient sur leur ennui à la lune dehors, ainsi que les amants en quête d’action.

Une excellente idée.

L’hybride chercha sa femme, mais en vain; ses enfants dormaient, alors sa fleur adorée était sortie. Bordant ses enfants ― une des très rares fois qu’il pouvait le faire ― un oiseau noir se posa sur son épaule par la fenêtre entrouverte. L’Empereur quitta la pièce avant de le faire parler; ah, sa femme était à la plage… Quelle merveilleuse idée!

L’oiseau l’accompagna tout le long du chemin vers la mer. Une fois que son épouse se retourna vers lui, il s’envola, sans mot dire. De toute façon, il n’était pas la bienvenue. La plage allait être hors-service pour toute personne, le temps que Ciar était en présence de sa femme. C’était dur d’être un personnage aussi public que lui; les moments privés et intimes se faisaient souvent rares...

― « Belladonna, » répondit-il après que son épouse l’eut embrassé. « Qu’est-ce que tu t’habilles chaudement, » remarqua-t-il en saisissant la cuisse de sa sorcière bien-aimée, la soulevant contre sa jambe. Son autre bras humain l’attirant contre son torse par le bas du dos, il glissa ses lèvres dans son cou, cherchant à lui donner des frissons. À la nuit tombée, à côté de la mer? N’était-ce pas un peu frisquet? Peut-être pas pour sa bien-aimée; elle était d’une telle passion enflammée, rien que ses yeux pouvaient chauffer l’atmosphère.

Mais… peut-être que ça n’allait pas être ses yeux qui allaient le faire, cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silicianne
Admin ▪ Impératrice Noire
♦ Inscription : 21/11/2017
♦ Missives échangées : 35
Localisation : Au château noir pour le moment, mais bientôt, son empire s'étendra sur celui des humains
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Mai - 2:09
    En tant que femme de l'empereur depuis tant d'année, Silicianne accomplissait son devoir royal d'une main de fer. Avoue avec des contraintes sévère et comme les gens l'a craignait tout autant que son mari, les gens n'osaient pas se faire répété les ordres deux fois. Son mari avait du poids sur les épaules puisqu'il dirigeait un empire digne de ce nom et l'Impératrice noire était là pour lui enlever une partie de se poids. Il pouvait compter sur l'aide de la sorcière car oui, avant de prendre la tête de l'empire, Silicianne était aussi une sorcière. Même si son mari était craint, les gens l'évitaient elle tout autant que possible car même si elle a des yeux magnifiques, ses yeux devenaient rouge lorsqu'elle vivait une émotion négative : colère, rage, etc.

    Cette nuit semblait plutôt fraiche et froide. Silicianne étant née dans un pays de froid et de neige, donc pour elle, cela ne lui dérangeait guère. Les pans de sa robe voletait autour de ses chevilles et laissa la brise lui caresser le visage jusqu'à ce que la présence de son mari en approche lui arrache un sourire. C'était rare qu'il se voyait car souvent lorsqu'il était ensemble, ce n'était pas en privé, il dirigea ensemble un empire qui prendrait bientôt plus d'expansion.

    « Belladonna » Elle lui souris. Bah oui, même une folle furieuse est capable de sourire. « Qu’est-ce que tu t’habilles chaudement » Chacun de ses baisers l'enflammait. Depuis les premiers instants d'ailleurs. « Tu sais, mon père m'a dit que je suis née sur le continent des hommes dans un lieu ou c'est plus souvent enneigé que le reste du continent humain, le froid ne me dérange pas et puis, tu es toujours là pour réchauffer mes nuits » Silicianne s'intérrogea. « Je te croyais occupé. Que me vaut l'honneur de ta magnifique présence. Quoi que je sais que je suis la plus belle vue de ces terres »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ciar Lonan
Empereur Noir
♦ Inscription : 15/05/2018
♦ Missives échangées : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Juin - 3:34
― « Hum… » Les propos de son épouse le plongèrent dans une courte réflexion, rendant son regard distant. Au loin, de l’autre côté de l’eau, se trouvait le continent des humains, le continent « vert » et « riche », tant convoité par tellement d’ennemis. Et naturellement, Lonan s’était arrangé pour que seul lui, seul son nom soit craint par ces humains. Ces pauvres imbéciles croyaient que seul l’Empereur Noir leur en voulait, alors que le Berger des Tanieths s’était arrangé pour qu’il n’y ait aucune compétition. Tout le monde était à ses pieds, mais le grand géant vert ne s’était pas résigné à son règne… pour l’instant.

― « Oh, il y a une vue encore plus belle que toi sur ces terres. » Il eut un petit sourire, ses yeux encore vers l’horizon pour quelques secondes. Il savait que ses yeux allaient s’empourprer, et peut-être était-il masochiste, mais c’était vrai; il y avait une vue qui surpassait celle-ci encore : « Nos enfants. En ta compagnie. Ils te rendent encore plus belle. Leur simple présence signifie une seule et unique chose à mes yeux : que tu es une déesse pour les avoir mis au monde. » Et voilà, les yeux de son épouse n’allaient pas virer au sang.

― « C’est vrai que je suis occupé, » soupira-t-il en passant une main dans sa chevelure, « mais personne ne peut travailler 24h sur 24. Je ne vais tout de même pas mener mon peuple à sa perte, je dois faire en sorte que mes enfants puissent régner sur quelque chose lorsqu’ils seront grands. J’ai besoin d’une pause de temps en temps… tout comme toi, j’imagine? Tu n’es sûrement pas ici pour te rappeler du bon vieux temps où tu avais les deux pieds dans la neige, tout de même! » rigola-t-il, avant de replacer une mèche de son épouse derrière son oreille, afin de dégager son magnifique visage.

― « Tu sais… je ne crois pas avoir connu la neige comme toi. Dis-moi, c’est comment? Est-ce que ça te manque? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silicianne
Admin ▪ Impératrice Noire
♦ Inscription : 21/11/2017
♦ Missives échangées : 35
Localisation : Au château noir pour le moment, mais bientôt, son empire s'étendra sur celui des humains
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 15 Juin - 19:10
    Silicianne avait été une sorcière bien avant que ses fesses ne se déposent sur le trône impérial. Ciar lui avait seulement donné une occasion d'assouvir sa soif de pouvoir et depuis ils étaient mariés. Ensemble ils avaient eut quatre magnifique enfant. En tant qu'impératrice, ce n'était pas les grosses responsabilités qui la dérangeaient le plus. Bien au contraire, plus elle était occupée, plus les gens restaient en vie plus longtemps. C'était tellement rare qu'elle avait une minute à elle que Silicianne en profitait a ces instants précis. En tant que femme de l'empereur depuis tant d'année, Silicianne accomplissait son devoir royal d'une main de fer. Certes, il n'y avait pas que son mari qui était craint parmi toutes les îles d'Irianeth. Même les serviteurs n'osaient pas regarder les enfants du couple en plein face sous peine d'être sévèrement puni. Au moins, cela montrait que Ciar et elle les élevait comme ils le désiraient... Silicianne adorait plus que tout Ciar depuis les premiers instants où son regard avait croisé le sien et s'était en partie grâce a elle que Ciar était maintenant Empereur depuis tant d'années. Silicianne garda un moment de silence tout en se collant davantage sur son mari. Elle avait rigoler en disant qu'elle était la plus belle vue elle ne s'attendait pas du tout à entendre qu'il y avait une plus belle vue. Elle allait répliquer d'un ton sec lorsque Ciar dit : « Nos enfants. En ta compagnie. Ils te rendent encore plus belle. Leur simple présence signifie une seule et unique chose à mes yeux : que tu es une déesse pour les avoir mis au monde. » Effectivement, Silicianne passait autant de temps avec leur quatre enfants quand elle le pouvait, elle était froide et sans cœur mais elle mourrait si elle en perdait un ou voire tous. La guerre... Cela faisait des morts et elle espérait que leurs enfants n'aie pas subir la guerre. « Je suis peut-être la femme la plus détestée, la plus sadique, la plus dangereuse, la plus cruelle en ces terres, mais les gens craindront ma fureur le jour ou quelqu'un osera s'en prendre a ma famille. Je reconnais être sans cœur et terrorisante, mais ma famille passera toujours en premier » Le jour ou Ciar lui demanderait d'abandonner le trône pour vivre ensemble pour le reste de leur jour, elle dirait oui sans même réfléchir. Ciar était l'homme de sa vie, le mari sadique et craint idéal et un père aimant pour les enfants du couple. Elle déposa sa tête du son épaule et l'écouta parler, le son de sa voix résonnant comme un si douce mélodie a ses oreilles. « Non je ne suis pas la pour me remémorer ma courte vie passé auprès de cette faible humaine qui fut un jour appelé ma mère j'avais juste besoin de passé un peu de temps loin du palais. Je ne regrette pas plus la mort de mon père » Elle resserra son étreinte autour de la taille de son mari. « Le but d'un conquérant c'est d'être surtout et avant tout bien reposé, je sais que tes responsabilité t'en demande énormément beaucoup mais je suis la pour te soulager d'un poids. » « Tu sais… je ne crois pas avoir connu la neige comme toi. Dis-moi, c’est comment? Est-ce que ça te manque ? » « C'est froid, mais on s'y fait. J'y ai grandit donc même très peu vêtue ici, le froid ne me dérange pas. C'est un grand paysage blanc, immaculé, trop "pur" à mon gout. Quand mon père est venu me chercher, j'étais très contente de quitter de monde qui m'a vu naitre, malgré mon ascendance mi-humaine. Un jour, lorsque sera le temps d'grandit davantage notre royaume, je t'y ferai accosté, c'est un endroit plus sur pour éviter de tomber sur des gens qui voudront forcément notre perte »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ciar Lonan
Empereur Noir
♦ Inscription : 15/05/2018
♦ Missives échangées : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 18 Juin - 6:23
Ciar éclata de rire. « Oh, Belladonna, toi et moi, on est si identique. C’est bien pour cela que je t’ai épousée. Il n’y a que ta passion de la torture qui rivale la mienne, et ton amour pour combler mon manque. Ces idiots qu’on a dit appelés « pères »… Si seulement ils pouvaient voir ce que nous sommes devenus, ils ne seraient pas verts de jalousie, ils seraient rouge de toute la honte à voir leurs échecs comparés à nos succès. » Deux êtres jadis respectés, craints, « puissants », trahis par leurs propres enfants qui n’avaient même pas ne serait-ce qu’une germe d’amour pour eux. Qu’est-ce que c’était triste! Oui, il lui arrivait parfois au nouvel Empereur de craindre pour sa vie face à ses enfants, surtout lorsqu’il se montrait dur envers eux… mais son amour pour eux ne devait jamais être douté. Il n’était pas comme son père. Il ne voyait pas ses fils comme des esclaves. Sa progéniture était les futurs souverains de cet empire, et tout ce que Ciar faisait, c’était pour eux. Rendre l’Empire plus puissant pour que ses enfants en soient fiers. Et que son épouse en soit ravie.

― « Je sais que tu es là pour me soutenir, mais jamais je ne t’en demanderai trop. Tu dois déjà être débordée avec les enfants, et tous ces esclaves qu’il faut éduquer. Tu fais déjà un très bon travail en tant que ma sorcière bien-aimée, » la félicita-t-il en l’embrassant dans sa longue chevelure soyeuse. Un paysage immaculé qu’elle disait, hum…? Il ne pouvait s’empêcher de se dire que cette plage en était pareille. Certes, le sable n’était pas blanc, mais quelque chose lui disait que comparer un désert à des plaines de neige n’était pas si fou que cela. Des étendues de grains blancs, froids, avec absolument rien sur des kilomètres à la ronde. Oui, c’était un excellent endroit pour attaquer des humains, si le terrain était aussi familier pour les deux armées, si ce n’était que…

― « Ma fleur, tu y es née, tu y es habituée, mais qu’en est-il de nos soldats? Tu crois qu’ils pourraient survivre au froid? » Les tanieths ― lui inclus ― n’avaient pas vraiment l’habitude du froid, et encore moins un froid polaire. Les insectes n’étaient pas vraiment reconnus pour tolérer le froid, et avec ses propres origines arachnéennes, il se demandait bien comment il gérerait une telle expérience. Il pouvait toujours confier le commandement de ses troupes à son épouse, mais ce n’était pas lui qui l’inquiétait. Cela ne lui servait à rien d’envoyer son armée dans la neige s’ils ne pouvaient tolérer le climat. Si les humains toléraient le froid mieux qu’eux, ce serait alors du suicide.

― « Et le reste des terres d’Enkidiev, as-tu eu le temps de les explorer? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silicianne
Admin ▪ Impératrice Noire
♦ Inscription : 21/11/2017
♦ Missives échangées : 35
Localisation : Au château noir pour le moment, mais bientôt, son empire s'étendra sur celui des humains
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Juin - 6:03
    Silicianne plongea a ce moment là dans des souvenirs qu'elle ne parvenait pas à oublier. Des souvenirs qui seraient à jamais graver dans la mémoire. Des souvenirs qu'elle n'avait jamais réussi à enlever. Silicianne était venu au monde dans un pays de neige. Elle avait grandit dans le pays le moins "populaire" de ces terres. Les Sholiens n'étaient pas aussi nombreux que partout ailleurs et Silicianne n'avait eu que trop peu d'amis surtout parce que presque personne ne voulait jouer avec elle. Étant née à Shola, son corps s'était habitué et même enfant, le froid ne l'avait jamais dérangé. Par contre, son mari lui allait-il réussir à pénétrer dans ses terres lui qui ne connaissait pas ce genre de température. l'armée de l'empire allait-elle être capable de pénétré par ses terres de naissance. « Je dirais que mon père me traiterait probablement de folle mais bon et puis tu sais, je sais que tu étais réticent en ma présence, je l'ai ressenti mais je suis plutôt contente que se soit moi qui soit dans ta vie et pas une autre... Quoi que j'aurais simplement pu faire la même chose qu'avec ton père » Silicianne éclata elle aussi de rire. « J'ai comme l'impression que ton père m'aurait désapprouvé mais on ne le saura jamais » Son rire s'accentua au point d'en avoir mal au ventre. Cela faisait du bien de rire, même si la plupart des gens avait tendance a mourir dès qu'elle cessait de rire. C'était dur pour elle d'imaginer sa vie dans Ciar, un caractère très semblable, des plans qui se ressembles, quatre enfant qui faisait sa fierté. Éduquer des esclaves, les "éduquer" dans la terreur au point qu'ils en tremble chaque fois que l'Impératrice passe près d'eux. Dès que ses lèvres embrassèrent ses, elle en profita pour respirer son doux parfum. « Je fais de mon mieux » Soudain, la question épineuse que posa Ciar la plongea dans ses idées, en effet, il avait mit le doigt sur un point important : comment allait-il faire en sorte que les soldats ne meurent pas. Silicianne pensait peut être la forêt des Elfes, elle ne les ferait pas passé par Alombria. Oui la forêt des Elfes était sans doute la meilleur option. « Ma fleur, tu y es née, tu y es habituée, mais qu’en est-il de nos soldats? Tu crois qu’ils pourraient survivre au froid? » « Je crains que même toi mon amour tu ne pourra survivre très longtemps en ces terres. Je pourrais facilement y passé seule mais seule contre une armée, même avec ma magie, il vont finir par m'avoir. Avant que mon père vienne me chercher, j'ai déjà disparut dans la forêt des elfes et un groupe de gens avec ma mère est venu me chercher donc il se pourrait fort bien que si ma mémoire ne me joue pas de tour, que je vous fasse arrimé près de Shola mais on ne restera pas assez longtemps et ces créatures au oreilles pointues vivent en plein milieu d'un forêt. Ils n'aimeront certainement pas une massive invasion mais si on veut mettre ces humains a notre botte, il va bien falloir. Mais je sais qu'ensemble on y arrivera » Elle glissa ses doigts entre ceux de son mari et l'entraîna doucement à sa suite pour marcher ainsi que la plage de l'empire.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ciar Lonan
Empereur Noir
♦ Inscription : 15/05/2018
♦ Missives échangées : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Juil - 19:54
L'empereur eut un sourire, et ricana sobrement, mais se garda bien de commenter. Le fait qu'ils étaient âmes-sœurs était plus qu'à leur avantage; cela leur avait sauvé la vie. Oui, sans elle, il serait encore que le pauvre pion de son père... mais s'ils avaient été opposé... qui sait lequel d'entre eux serait mort le premier. Elle aurait sans aucun doute tenté de l'empoisonner pour pouvoir prendre sa place, et s'il y aurait survécu, il l'aurait exécuté sur le champ.

― « Non, je ne pense pas. Tu es quand même une sorcière impériale, tu n'es pas n'importe qui. Tu es la plus douée des personnes dotées de magie ici. Personne ne peut arriver à ta cheville en matière de magie. Certes, tu n'es pas une noble, mais tu sais, mon père croyait que le sang-mêlé rend les gens plus forts. En somme toute, tu es la compagne idéale pour moi. Par contre, il t'aurait probablement vu que comme une simple génitrice, un utérus pour ses petits-enfants... » Il n'avait qu'à penser qu'à sa mère. Est-ce que l'ancien Empereur avait seulement aimé cette femme? L'avait-il une fois considérée comme son Impératrice, comme Lonan considérait Silicianne comme son égale? Il se demandait... qui était l'âme-sœur de son père? Ce n'était certainement pas sa mère, vu de la façon dont il s'en était débarrassé.

― « Hum, quel ennui! » Les humains étaient-ils plus résilients que les insectes? Ils semblaient vivre dans des climats beaucoup plus variés que ce que Irianeth connaissait. Certes, il y avait maintenant les autres terres qu’il avait conquises, mais c’était que des climats plus humides, et les tanieths n’avaient aucun problème avec l’humidité (tant qu’ils ne mettaient pas le pied dans l’eau). « Ne t’inquiètes point ma fleur, jamais je n’oserais t’envoyer seule contre ces imbéciles. Ce serait les sous-estimer et je ne commettrais jamais cette erreur. » L’idée de l’envoyer en compagnie d’hybrides et autres soldats qui étaient habitués au froid était tentante… comme cette Elecia (même s’il croyait qu’elle faisait tache à son Ordre noir), mais il voulait surtout débarquer son armée. Pas réaliser une simple embuscade.

― « Des elfes… Ce sont des créatures qui ont une grande affinité avec la nature et la magie, mais pas le combat, n’est-ce pas? Ce serait une excellente idée. Oui, j’aime bien! » Des créatures faibles. Une forêt. Parfait. Il n’avait qu’à envoyer ses dragons et ses pyromanciers. Une fois la forêt en flamme, ces elfes n’auraient plus aucun moyen de défense. Certes, il était quelque peu dommage de sacrifier une forêt ainsi, mais on ne gagnait pas sans sacrifices. Le seul hic…

― « Il faut que j’envoie des hommes faire du repérage. Je dois savoir leur territoire. Si j’enflamme la forêt de ces elfes, je risque de nous trop faire repérer, et si nous nous faisons attaquer de tous les côtés, je ne ferais qu’envoyer nos hommes à leur perte. Ou peut-être que les gruger tranquillement… »

Il passa une main sur son menton, en proie à une longue réflexion, ne réalisant pas qu’il était trop absorbé par ses pensées pour prêter attention à son épouse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silicianne
Admin ▪ Impératrice Noire
♦ Inscription : 21/11/2017
♦ Missives échangées : 35
Localisation : Au château noir pour le moment, mais bientôt, son empire s'étendra sur celui des humains
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 11 Juil - 17:37
    Silicianne connaissait un peu le pays des Elfes. Elle s'y était perdue, mais elle n'avait pas été très loin sur les terres. Elle pouvait tout de même tenter de passé inaperçu. Silicianne malgré son caractère cruel se faisait du soucis pour son mari. Son sang beaucoup plus tanieth que le sien ne ferait pas long feu sur les terres enneigés. Le faut que Silicianne avait eut une mère humaine et ayant vécut celui lui donnait un avantage. De plus, la sorcière n'avait pas peur du froid. Malheureusement, elle se doutait bien que les Elfes n'accepteront jamais une invasion d'une bande d'ennemis sur leur terres. Certes, les chevaliers étaient dotés de beaucoup de pouvoirs, mais qu'en seraient-ils contre les Elfes qui connaissent la magie depuis beaucoup plus longtemps. De plus, sur Irianeth, personne n'égalait l'Impératrice côté magie, mais une femme même "puissante" contre une armée doté de pouvoirs, c'est sur qu'elle finirait par avoir besoin de partir en retraite. C'était un pensez-y-bien. « Non je ne pense pas » Il ne pensait pas à quoi : il y a tellement de possibilité à cela qu'elle allait lui demandé plus de détails, quoi que généralement, ils se ne cachaient rien l'un pour l'autre. Elle le regarda tout simplement. Elle trouva cela touchant ce qu'il venait de dire. Oui elle était devenue Sorcière Impériale et Impératrice en épousant Ciar, mais cela ne faisait pas d'elle une arme ultime : elle avait aussi ses limites. Elle savait que seule contre une grosse armées, sa magie s'épuiserait et même en se volatilisant, une puissance comme elle s'était facilement repérable pour une personne maitrisant bien sa magie. « Mais pense-y bien, mon doux oiseau des nuits : ma magie peut atteindre ses limites. Ici c'est facile, je peux me déplacer magiquement et facilement d'un endroit à l'autre sans restriction. Si je veux être seule, je connais une place ou personne n'a réussi a me trouver, et je peux facilement me caché des "yeux" indiscrets qui tenteraient de me trouver magiquement, mais... » Elle fit une signe de tête vers l'océan. « Essaie de t'imaginer que je me retrouve seule contre toute une armée de soldats. Si certains de leurs soldats ont de la magie comme les nôtres, je ne pourrai pas résisté bien longtemps. Je pourrais pas aussi facilement me dissimuler et je n'ai nulle part ou aller autre que sur les terres enneigés. Même gravement blessé, j'ai besoin de temps pour me régénéré et revenir ici par magie pourrait me couter la vie plus qu'autre chose. Malgré ma soif de domination, je ne suis pas prêt a y laisser la vie et voir ma place être prise » En parlant de place, elle faisait référence a une nouvelle impératrice sur le trône. Pas question qu'une autre prenne sa place. Elle comptait bien y rester aussi longtemps que possible. « Hum, quel ennui ! » « Ça je ne te le fais pas dire » «Ne t’inquiètes point ma fleur, jamais je n’oserais t’envoyer seule contre ces imbéciles. Ce serait les sous-estimer et je ne commettrais jamais cette erreur » « J'ai toute confiance en toi, ma fleur empoisonnée, je sais que tu ne me mettrais pas volontairement en danger ni comme moi d'ailleurs. De plus, les Elfes sont considérés comme des créatures ayant vécut bien des générations avant nous et ils ont en effet une grande affinité avec la nature et la magie. Ils pourraient nous entraver d'une manière que l'on ne pourrait imaginer. Je ne veux pas courir le risque. » L'Impératrice voyait bien que son mari réfléchissait. « Il faut que j’envoie des hommes faire du repérage. Je dois savoir leur territoire. Si j’enflamme la forêt de ces elfes, je risque de nous trop faire repérer, et si nous nous faisons attaquer de tous les côtés, je ne ferais qu’envoyer nos hommes à leur perte. Ou peut-être que les gruger tranquillement… » « Laisse moi y aller à leur place. C'est risque mais cela vaut la peine. La distance nous séparant des humains est trop grande, laisse moi prendre deux de nos flotte pour que je puisse me matérialisé sans risqué une trop grosse baisse d'énergie. Laisse moi être tes yeux et tes oreilles. Même un dragon ne passerait pas inaperçu. Le but est de ne pas se faire remarqué » Elle laissa ses paroles en suspend sachant que Ciar pèserait le pour et le contre. Ciar n'agissait jamais sans réfléchir. Chaque décision était purement calculé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ciar Lonan
Empereur Noir
♦ Inscription : 15/05/2018
♦ Missives échangées : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Aoû - 17:30
Il la regarda dans le silence pendant quelques instants avant de détourner la tête, comme pour cacher ses sentiments. « C’est bien pour cela que je n’oserais jamais t’envoyer seule… » L’idée de la remplacer en tant qu’Impératrice ne lui serait jamais venu à l’esprit. On ne remplace pas une mère. Et il était loin d’être comme son père qui considérait les femmes comme de simples incubatrices, vu la façon dont il traitait sa défunte mère. Et lui qui avait cru ne jamais pouvoir aimer une autre femme après le décès de sa mère… C’était tout ignorer des âmes-sœurs. Et c’était bien pour cela qu’il n’aurait jamais songé à remplacer son Impératrice. Parce que personne ne pouvait remplacer Silicianne. Personne ne pouvait prendre la place de son âme-sœur. C’était pourquoi il pensait qu’elle parlait de son titre de sorcière impériale. Et ça, malheureusement, il fallait toujours que ce poste soit comblé.
… mais s’il devait faire cela, ça serait après avoir perdu son cœur et son âme, n’est-ce pas…

― « Ha ha ha… tu veux vraiment que je te laisse y aller seule, après tout ce que tu viens de me dire? » Il replaça enfin son regard sur le visage de son épouse, pour ensuite lui tirer sur la main afin de l’attirer contre lui, ne serait-ce qu’un moment. « Bien sûr que non. Jamais je ne pourrais t’y laisser seule. Surtout si tu me dis que ces elfes s’y connaissent en magie, ta spécialité. Et si jamais ils décidaient de te capturer? Et qu’ils t’empêchaient d’utiliser tes pouvoirs? Il faut absolument que tu sois accompagnée de quelqu’un… »

De sa main libre, il replaça une de ses mèches, réfléchissant rapidement à une contre-suggestion pour son épouse. Telle qu’il la connaissait, elle n’allait pas se contenter d’un simple refus. Mais le problème était qu’il ne pouvait pas envoyer un simple soldat non plus. Il fallait quelqu’un qui pouvait se fondre dans la population enkiev aussi, quelqu’un qui pourrait accompagner Silicianne, la protéger, sans se faire repérer, sans paraître intimidant. Quelqu’un de semblable aux elfes, hum?

― « Si mes souvenirs sont bons… Nous avons un chevalier au sang elfique, n’est-ce pas? » Il leva les yeux quelques instants, le temps de se rappeler du nom du chevalier. « Elecia, n’est-ce pas? Ne pourrait-elle pas t’accompagner? Elle est une guerrière et… » Il ne termina pas sa phrase. Elecia lui faisait quelque peu honte avec son caractère de faiblard, mais pour une telle mission, ne serait-elle pas la personne idéale? Personne n’allait deviner qu’elle servait l’ennemi avec une telle personnalité, elle n’allait attirer aucunement les soupçons des elfes si elles devaient se faire repérer.

Bien entendu, Ciar ne réalisait pas qu’aucun elfe n’avait la peau violette comme son chevalier noir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silicianne
Admin ▪ Impératrice Noire
♦ Inscription : 21/11/2017
♦ Missives échangées : 35
Localisation : Au château noir pour le moment, mais bientôt, son empire s'étendra sur celui des humains
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 4:36
    Il suffit de prononcer le mot « âme sœur » pour voir aussitôt certaines personnes écarquiller les yeux. L’idée qu’il existe un être magique, juste pour vous, dont vous allez tomber amoureux instantanément et qui ne vous contredira jamais est une illusion. La personne qui existe vraiment, du moins pour la plupart des gens, est celle que vous devinez d’instinct, avec qui vous communiquez en profondeur et qui vous permet de vous épanouir en tant qu’être humain au sein de la relation. S’il se trouve que cette personne est votre compagne ou compagnon, alors c’est que vous avez fait une rencontre vraiment spéciale. Alors, à quoi reconnaît-on que l’on a trouvé « la » personne qu’il nous faut ? Les choses sont intenses, vous avez l’impression de connaître la personne depuis toujours, vous comprenez l’autre et vous communiquez sans avoir besoin de parler, vous aimez ses imperfections, vous ne pouvez pas imaginer votre vie sans cette personne, c'est comme si on n'était deux contre le monde entier ainsi que vous n’avez pas toujours la même vision de certains détails, mais vous regardez dans la même direction pour ce qui est important.

    C'est ce qu'elle vivait avec son mari, elle vivait à travers lui. Elle l'aimait tout simplement sans pouvoir dire pourquoi. Elle le vivait simplement. Il avait peut-être des défauts mais il avait aussi de belle qualité ce qui a fait que Silicianne était vite tombé amoureuse de lui. C'est pourquoi elle ne pouvait pas vivre sans lui, sans ses enfants. De plus, cela prit une couple d'année avant que les fesses de Silicianne se pose sur le trône alors elle veut garder sa place. Quand on dit que les âme sœur n'avaient pas la même vision de certains détails, c'est ce qui se produisait en ce moment sur la plage de l'empire. Silicianne tentait de convaincre son mari de la laisser partir. Personne de l'empire noir ne pourrait survivre aux terres enneigés, mais elle pensait au meilleur moyen de partir de l'autre côté de l'océan sans trop attiré l'attention. Silicianne ne pourrait jamais survivre a plusieurs attaque magique simultanée. « C'est bien pour cela que je ne t'enverrai jamais seule » Même s'il le cachait bien, l'Impératrice savait qu'au fond de lui-même, Ciar était inquiet de la laisser partir toute seule. Il avait ses raison. Autre que le prince héritier qui était en âge, le petit dernier de la famille était encore trop jeune pour perdre sa mère. Silicianne malgré le silence peu éloquent de son mari tentait d trouver plein d'idée pour le convaincre de la laisser partir et pour le moment, ce n'était pas chose aisé.

    Silicianne avait quelque peu expliquer la "complexité" des elfes ainsi que leur magie mais la réponse de Ciar était de loin celle qu'elle espérait : « Ha ha ha… tu veux vraiment que je te laisse y aller seule, après tout ce que tu viens de me dire? » « Je sais que tu es inquiet même si tu ne laisse rien paraître mais avons-nous réellement le choix ?... » Malgré ses airs de grosse brute, Silicianne pouvait être douceur quand elle était seule avec son mari. Ciar la regarda enfin et malgré son airs d'impératrice sans cœur, elle eut un léger sourire. Elle se retrouva coller contre son mari, ce qui était loin de lui déplaire. Le fait que les Elfes étaient doués en magie ne semblait pas plaire du tout a Ciar. Surtout il soulevait un point : si elle se faisait capturer... Silicianne savait qu'elle pourrait se cacher mais ou... Elle ne pourrait pas rester cacher longtemps. Et elle ne pourrait pas non plus quitter les terres pour celle d'Irianeth sans mourir dans l'eau glacée. Elle ne voulait pas prendre le risque de mourir bêtement. « Malheureusement, je ne pense pas non plus qu'Elecia ne corresponde. Les elfes de l'autre côté ont la peau clair, pas elle. Et puis tu sais... J'ai comme l'impression qu'elle cache quelque chose. Je l'ai a l'œil depuis quelque temps. Personne ne pourra m'aider. Sinon, laisse moi amener un dragon. S'il faut en passé par la, je brûlerai ces être magiques avec un dragon. Ainsi, j'ai plus de chance de rester en vie et de revenir sur ces terres sains et sauf »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ciar Lonan
Empereur Noir
♦ Inscription : 15/05/2018
♦ Missives échangées : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 15:06
― « … un dragon… »

L’idée était bonne. C’était peut-être un peu surprenant de sa part qu’il soit en accord, alors qu’ils venaient tout juste de discuter du fait qu’ils devaient agir dans la discrétion et que les dragons étaient tout sauf discret, mais un seul dragon? Un dragon qui, disons, pouvait se cacher dans l’océan?

Ouais, on pouvait faire ça.

Après quelques instants de réflexion, hésitant encore à la laisser aller, il préféra détourner le sujet, ne serait-ce que pour quelques secondes. « Qu’est-ce qui t’intrigue chez cette femme? Pour moi, elle n’est qu’une faiblard, une peureuse qui prendrait la fuite dès que possible. Quel gaspillage de talent…! C’est ça le problème avec les guérisseuses, elles sont trop empathiques! Je suis sûr qu’avec l’âge et l’expérience, elle gagnera en maturité et ne jouera plus les poules mouillées! » déclara l’Empereur, l’air bête et presque grognon, détournant la tête un moment pour dessouffler. Il ignorait bien que les elfes étaient, par nature, des êtres empathiques, et que cela n’avait rien à voir avec ses pouvoirs. « … ou crois-tu qu’elle joue un jeu? » demanda-t-il à voix basse, pour ensuite replacer son regard sur son épouse, toujours sérieux, ne serait-ce que pour dire que son ton, sa personne, était maintenant devenue menaçante, glaciale. Bien entendu, il n’avait rien contre son épouse, il lui vouait une confiance absolue. Mais si elle disait que cette Elecia n’était pas claire, qu’elle jouait un jeu… Il allait y avoir de lourdes conséquences pour une certaine hybride…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Silicianne
Admin ▪ Impératrice Noire
♦ Inscription : 21/11/2017
♦ Missives échangées : 35
Localisation : Au château noir pour le moment, mais bientôt, son empire s'étendra sur celui des humains
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 23 Aoû - 20:25
Désolée de la courte réponse ):

    Silicianne ne savait pas quoi faire : son mari semblait s'entêter à ne pas la laisser partir toute seule mais l'Armée de l'empire ne résisterai pas aux températures de Shola. Par contre, Ciar avait levé un point important : si elle était capturé, est-ce que cela allait en être fini d'elle ? Malgré leur grande puissance magique, les Elfes étaient un peuple pacifique qui ne tuerait pas une femme de sang froid. Et puis, si l'impératrice devait user de toute sa magie et y laisser la peau au moins, elle entrainerait ses êtres aux oreilles pointues dans la mort. Silicianne était une battante, une dure de dure, quelqu'un qu'on ne pouvait vaincre aussi facilement. C'est peut-être pour cela qu'elle s'entendait aussi bien avec son mari : ils étaient pareils. « Un dragon… » Faisait-il exprès ou quoi ? « Oui, un dragon… » Silicianne ne voyait pas comment elle pourrait errer sur la terre des hommes sans y laisser la vie autre que sur le dos d'un dragon. Un dragon était à l'origine très dure à tuer. Peut-être que Silicianne avait au moins une chance de convaincre Ciar autrement, elle allait manqué toute l'Action. Au moment où les deux amoureux échafaudaient un plan, leur conversation détournèrent vers Elecia, l'elfe a la peau foncé. Silicianne ne lui faisait pas du tout confiance et apparemment, l'opinion de Ciar différait de la sienne. « J'espère que tu as raison à son propos : que seul le temps pourra la "transformer" en quelqu'un d'un peu moins trouillarde, mais revenons a notre problème actuel. J'irai avec ou sans ton accord. Nous n'avons pas le choix. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ciar Lonan
Empereur Noir
♦ Inscription : 15/05/2018
♦ Missives échangées : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Aoû - 20:11
Ciar la dévisagea avec étonnement, alors qu’elle rabattait aussitôt la question à nouveau sur son désir d’aller sur Enkidiev, et il finit par éclater de rire. C’était… c’était drôle, oui, il avait détourné le sujet pour pouvoir l’éviter et elle avait vu clair dans son jeu. Elle n’avait même pas répondu à sa question, elle n’avait même pas tenté d’expliquer pourquoi elle n’aimait pas Elecia, elle ne lâchait tout simplement pas prise. Ah, ça lui apprendra à vouloir déjouer sa femme! Il n’allait même pas essayer de retourner sur le sujet de la femme-chevalier, même s’il était très curieux de savoir les raisons de sa belladonna; si l’Impératrice avait de la méfiance envers un de ses soldats d’élite… c’était un problème grave.

― « J’abandonne. Je sais que je ne peux pas gagner contre toi. Tu veux y aller? Alors… vas-y! » s’exclama-t-il en haussant des épaules. En effet, comme elle l’avait dit, il « n’avait pas le choix », il était mieux de juste accepter plutôt que de se mettre en colère. Même si l’Empereur avait tendance à être, disons, impulsif, il savait que parfois, les émotions étaient inutiles.

― « Demande aux seccyeths un dragon d’eau, un dragon qui peut se cacher sous les océans. Même si ces elfes vivent dans des forêts, nos dragons sont bien trop grands pour être camouflés. Un dragon de mer, peu importe sa taille, une fois qu’il se cache sous l’eau, personne ne le repéra. Je suis sûr que rien de grave ne t’arrivera mais… c’est un plan de secours, et ce serait une vilaine surprise pour ces elfes. Même que peut-être que cela leur fera craindre la mer, et ce serait à notre avantage. »

Il soupira profondément, puis arrêta son épouse, la faisant tourner vers lui. Il lui passa les mains sur ses épaules, les réchauffant quelque peu avant de s’arrêter. « Permets-moi d’être inquiet, ma fleur. Envoyer ses meilleurs hommes au combat, ce n’est pas comme envoyer son âme-sœur. Ce n’est pas que je ne te fais pas confiance, loin de là, c’est que… » Il chercha ses mots, sa prise se resserrant sur les bras de Silicianne, comme s’il avait l’impression que dès qu’il allait la lâcher, il allait la perdre à tout jamais. « C’est que c’est la première fois qu’on va être séparés comme ça, toi, toute seule, chez l’ennemi. Ça me fait un peu… peur? » avoua-t-il, un peu honteux. Bien entendu, ce n’était pas des mots qu’il aurait dit ailleurs, à qui que ce soit d’autre. Ce n’était même des mots qu’il n’allait jamais répéter. Mais c'était la vérité : il avait peur que quelque chose lui arrive, et c’était tout à fait naturel. Ça, il pouvait au moins l’avouer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enkidiev's Souls  :: EMPIRE NOIR  :: Irianeth :: Plage de l'Empire-
Sauter vers: